Covid-19 : l’art du (re)confinement

confinement

Passer toute la journée à la maison n’est pas vraiment propice à la santé mentale…

Que vous ayez perdu votre emploi ou que vous fassiez partie des privilégiés qui seront simplement (re)confinés au travail à domicile, dans un avenir prévisible, la vie quotidienne de la plupart des gens est déjà bien différente de celle qu’elle était l’année dernière. Et vous ne serez pas étonné(e) par le fait d’apprendre que d’être enfermé(e) chez soi pendant une période particulièrement stressante peut facilement vous faire prendre de mauvaises habitudes : navigation intensive sur le Web et les réseaux sociaux, boulimie, et abondance de boissons, comme si vous étiez  un ado pré-pubère en maque de sensations fortes !

L’ère de la distanciation sociale est arrivée, et la fièvre de “l’isolationnisme” s’installe déjà.

La triste vérité est que personne ne sait combien de temps tout cela va durer. Il est donc impératif que nous trouvions tous un moyen de faire en sorte que cela se passe le mieux possible.

confinement

[dropcap type=”background”]L[/dropcap]e fait de ne pus suivre une routine quotidienne, crée, paradoxalement, le sentiment que tous les jours se ressemblent, et que ce que l’on fait dans la journée n’a plus ni sens, ni valeur.

Certes, notre routine quotidienne est souvent frustrante et fatigante, mais elle nous permet d’organiser notre vie de façon cohérente  et, surtout, elle lui donne du sens.  Mais sans elle, nous commençons à oublier nos objectifs. Ce manque de sens et de vision à terme, génère en nous, un tas de sentiments vraiment difficiles à gérer simultanément : la tristesse, la culpabilité, l’anxiété.

Le fait d’être rassuré par une “routine prévisible” calme les nerfs sans même qu’on s’en rende compte. Lorsque la routine disparaît soudainement à cause de quelque chose qui échappe à son contrôle, on se sent comme déstabilisé, voir vulnérable.

Cette incertitude que nous ressentons nous pousse à “réactualiser” sans cesse nos informations et, par exemple, à lire chaque jour les données transmises par l’État sur le coronavirus. Nous essayons d’obtenir des informations qui nous permettront d’atténuer le stress qui est à l’origine de notre incertitude.

Mais lorsque les réponses que nous recherchons (en vain)  n’existent pas encore, cela fini par se traduire par une forme d’obsession pour l’actualité et par un excès de temps passé sur les écrans.

Le stress que nous subissons augmente également les envies de choses qui nous apportent une satisfaction immédiate, comme la malbouffe et l’alcool.

Pourtant, manger mieux et bien dormir aident à gérer le stress et à maintenir un système immunitaire fort. L’exercice, lui aussi, contribue à calmer les nerfs. Et puis , essayez d’être à l’aise avec l’inconfort. Certes, l’incertitude est inconfortable. Mais l’incertitude fait aussi partie de la vie, et les émotions que nous ressentons, comme la peur et l’anxiété, sont tout à fait gérables. Ce sont des temps étranges parce que cela ressemble, en partie, à des vacances et, en partie, à la fin du monde. Cela ne ressemble pas beaucoup à la vraie vie, mais nous devons nous rappeler que c’est la vraie vie.

Il est important de trouver des moyens de mettre en place des “règles” et de reproduire une vie qui semble réelle et structurée.

Asseyez vous confortablement et réfléchissez à toutes les choses de la vie qui semblent importantes et saines. Peut-être êtes-vous allé à la salle de sport régulièrement, et maintenant vous ne pouvez plus vous y rendre.
Analysez cette action qui vous semble importante et demandez-vous pourquoi. Pourquoi est ce si important d’aller dans cette salle de sport ? C’est peut-être important parce que vous aimez bouger, vous défouler… Alors trouvez comment bouger dans votre vie, au quotidien, ou dans votre maison.

Vos horaires de travail,  que vous vous en rendiez compte ou non, vous maintenaient attaché(e) à certains rituels : se lever à une certaine heure, faire le même trajet, quitter son bureau à une certaine heure, etc. Cette routine imposait un cadre clair délimitant le début et la fin des choses, mais lorsque vous êtes à la maison, il est beaucoup plus difficile de faire cette distinction.

Pour conserver des rituels quotidiens, décidez d’un planning pour vous-même et respectez-le : quand vous réveiller, quand faire de l’exercice, quand vous doucher, comment vous habiller,  quand manger, quand commencer à travailler …

reconfinement

[dropcap type=”background”]L[/dropcap]a crise du coronavirus a également généré toutes sortes de nouvelles possibilités de conflits interpersonnels. Peut-être vivez-vous avec des colocataires à qui vous parliez à peine, alors que soudain vous passez beaucoup de temps avec ces personnes. Ou bien, peut-être passez vous toute la journée “collé(e)” à votre partenaire…
Faute d’espace (physique et mental) suffisant, cela peut créer des tensions importantes.

L’idéal est de trouver des moyens de vous créer un espace physique et mental, tout en étant confiné, comme, par exemple, mettre des écouteurs avec réduction de bruit, ou vous retirer dans votre chambre à coucher.

Au lieu d’attendre d’être vraiment en colère contre la ou  les personnes qui partagent le logement avec vous, asseyez-vous et ayez une conversation franche… Maintenant.

Si plusieurs personnes télétravaillent dans le même logement, déterminez ce dont vous avez tous besoin pour réussir et parlez-en ouvertement. Où chacun va-t-il s’asseoir ? De quel genre d’espace personnel chacun a t-il besoin ? Les limites doivent être claires, et pour les fixer, nous devons être ouverts et honnêtes sur nos besoins psychiques, physiques, émotionnels et matériels.

Certaines de ces conversations risquent d’être stressantes, mais il suffit de le faire avec un démarrage en douceur, une technique qui permet de rendre la situation un peu moins pénible.

Dites que vous avez “remarqué ou observé quelque chose”, que “vous ressentez quelque chose à ce sujet” et que “vous avez besoin de quelque chose”. “J’ai remarqué que la vaisselle sale remplissait l’évier, je suis anxieuse, j’ai besoin qu’on trouve une solution.” L’objectif est d’éviter de mettre l’autre sur la défensive, et d’entamer une conversation qui crée un lien plutôt qu’une dispute.

Normalement, nous ne passons pas autant de temps ensemble, ce n’est donc qu’une situation délicate (mais provisoire) à surmonter. Plus vous serez ouvert(e) aux besoins de la (des) personne(s) qui partage(nt) l’espace confiné avec vous, plus elle(s) sera/seront également sensibles à vos besoins.

Recevez la NEWSLETTER avec de nouveaux articles, des conseils pratiques et des réductions exclusives ... directement dans votre boite mail !

Vous pourriez aimer ...

Shopping Cart

OFFRE : FORMATIONS à DISTANCE

hypnose-a-distance
Jours
Heures
Minutes
Secondes

1 Formation Réservée = 1 Offerte !

Valable  du 08/04/21 au 30/05/21 –  UNIQUEMENT sur les Formations à Distance – Non cumulable avec d’autre promotions sauf paiement comptant 10% – Non rétroactif – Paiement de la formation la plus chère.